...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 BRUSQUES RETROUVAILLES --

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Andreas H. Gibson

avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 16/10/2008

Feuille de personnage
Affinités.:

MessageSujet: Re: BRUSQUES RETROUVAILLES --   Dim 19 Oct - 4:31

    Il resta là, seul, abandonné une énième fois. Le regard perdu sur le sol qu’il voyait sans le regarder. Et ces souvenirs qui le hantaient, chaque seconde, de chaque minute, de chaque journée. Joue contre joue, yeux dans les yeux, main dans la main... ce qu'on est con quand on aime ! Ce qu'on mielleux, fleur bleue, inactif, improductif, égoïste, aveugle et sourd ! Ces jours où il se promenait heureux dans les rues de New York, sans se préoccuper le moins du monde d'effrayer ou non son entourage qui n'existait plus, ou les passants qu’il ne voyait même pas. C’était avant, avant que tout ne dérape, que la chute interminable s’enclenche, cette descente aux enfers qu’on ne pouvait que ralentir, mais surtout pas arrêtée. Cette union de deux âmes en qui personne ne croyait, pas ça ne l’importait peu, ça ne comptait pas eux.

    En quelques longues minutes ils avaient tout gâché, ces émouvantes retrouvailles qui s’étaient finit en douloureuse séparation. En amour, il n'y a que la conquête et la rupture qui soient intéressantes, le reste n'est que du remplissage. C’était une deuxième rupture, après la séparation corporelle c’était celle des sentiments à présent. Il resta un moment, immobile, inexpressif, figé, contrait à ne s’en vouloir qu’à lui-même d’avoir était si loin dans ses paroles, ces paroles qui n’étaient que mensonges mais c’était la seule issue qu’il eu trouvé pour faire face à la trahison le reste aurait été trop facile, la facilité ne faisait pas partie de ses principes, non il ne fallait perdre la face en aucun cas. Foutue fierté, foutu orgueil. Il lui fallut quelques instants pour réaliser la déchirure qu’il avait provoqué, et l’image de ses larmes qui le hantait, accroissant sa culpabilité chaque fois un peu plus. Il se retourna brusquement, elle n’était plus là évidemment. Il entama alors une marche effrénée aux pas rapides et réguliers, sans ne plus penser à rien, avec pour unique idée en tête de la retrouver. Elle marchait près du banc où le désir l’avait envahie quelques instants plus tôt. En si peu de temps ils avaient réussit à allier amour, envie, haine et mensonge, authentique résumé de leur histoire tumultueuse.


    - CADEEEENCE !

    Son appel se perdit au milieu de la nature encore salie par l’orage, il était encore trop loin. Il accéléra donc le pas, marchant aux pas de course et arriva enfin à sa hauteur. Il empoigna son bras, la forçant à se retourner vers lui, les yeux rougis de larmes, le visage épuisé par ces émotions qui s’étaient succédaient sans halte. Il la regarda un instant, elle était trempée, son corps grelottant de froid et de nervosité.

    - Je te ramène et je me fous de savoir si ça te plait ou non.

    Il prit sa main, bien décidé à la ramener peu importe les contestations qu’elle pourrait dire, crier, hurler, pleurer. Dieu sait à quel point il savait être obstiné. Il avança dans le chemin qui l’avait mené jusqu’à elle en début d’après-midi ne savant quoi dire pour se faire pardonner, après tout peut-être n’avait-il pas vraiment envie de se faire pardonner ? D’intenses émotions se bousculaient, se mêlaient, s’entrechoquaient. Il allait la ramener un point c’est tout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cadence J. Butler
DADDY'S SON QUEEN
avatar

Messages : 131
Date d'inscription : 09/10/2008

Feuille de personnage
Affinités.:

MessageSujet: Re: BRUSQUES RETROUVAILLES --   Dim 19 Oct - 12:28

    Il avait toujours su la calmer. Apaiser ce démon qui sommeillait en elle, ses crises d’hystérie qui n’en finissaient pas, ses angoisses existentielles. Toutes ces choses qui la faisaient trembler, hurler, pleurer, ou tout simplement trembler en silence, attendant sa délivrance.

    « CADENCE ! Lâche ce couteau. Je ne voulais pas te vexer. Putain, fais gaffe, tu vas te blesser ma puce. »

    Il ne savait que trop bien ce qu’il se passait en elle. Peut-être que jamais tout cela ne s’arrêterait. Peut6Ëtre qu’un jour, il ne serait pas à là à temps, ou simplement, ne sera-t-il plus là du tout.

    « Mais qu’est-ce que t’as foutu ? Ton poignet, Cadence ! »

    Un sourire triste entre les larmes, la réalité avait perdu de son emprise dans l’esprit de la jeune fille.

    « Tu vas me laisse, hein ?
    - Mais tu es folle ! »

    Les souvenirs s’imposaient à son esprit, consistants, la rendant plus folle qu’elle ne l’était déjà. Elle se sentait déjà glisser, elle savait que la chute serait rude. Elle avait toujours tout fait de travers. Son départ n’était qu’une conséquence de cela. Une parmi d’autres. Effarante banalité.

    ANDREAS – CADEEEENCE !

    Elle s’était figée, sans se retourner pour autant, peut-être n’était-ce encore qu’un effet de son imagination, tout comme ces voix dans sa tête qui commençaient à la perdre. Mais bientôt une main avait agrippé son bras pour l’obliger à se retourner, elle faisait face au jeune homme. Tout cela était donc faux ? Il avait menti ? Ce n’avait été que pour la blesser ? Ou s’attardait-il encore sur ce jouet ? Avait-elle encore une quelconque utilité ?

    ANDREAS – Je te ramène et je me fous de savoir si ça te plait ou non.

    Elle s’en foutait après tout, elle n’avait pas la force de le repousser. Elle avait besoin de lui pour ne pas crever. Qu’il l’achève donc, si ça le tentait. Un sourire se dessina à nouveau entre ses larmes, à peine perceptible, et elle resserra sa main sur la sienne, pression rassurante. Son jean trempé enserrait ses cuisses, entravant ses pas plus difficiles. Chantonner sous la pluie qui continuait de tomber, inconscience totale, tout oublier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
BRUSQUES RETROUVAILLES --
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
God Bless Londoners :: London. :: &. Saint James's Park.-
Sauter vers: